Je suis tout excité de vous informer que je cravache dur pour une rencontre conviviale qui aura lieu le jeudi 9 octobre 2008 à l'AJM lors du vernissage de mon expo...
Je ne peux m'empêcher de quelques unes de mes réflexions autour de La Mélancolie ;

Exposition du 09 octobre 2008 au 31 octobre 2008- au siège de l’AJM Gallerie le Métropole -niveau 1-


« Mélancolies »

La mélancolie prend différentes significations au fil des siècles. Elle décrit, très généralement, un état de détresse apathique, d'abandon proche de la dépression:
    au XIIe siècle, dans le vocabulaire courtois, elle désigne toutes sortes d'états d'âme allant de la tristesse profonde à la folie ;
    au XIVe siècle, Guillaume de Machaut fait de la mélancolie le sentiment qui caractérise le jaloux amoureux qui cherche la solitude ;
    au XVIIe siècle, le sens s'affaiblit à celui de tristesse douce et vague ;
    au XIXe siècle, la mélancolie prend deux sens : d'une part celui d'un mal-être dû à un manque profond qu'on ne peut identifier et d'autre part elle prend un sens clinique de maladie mentale associée à un profond abattement. La mélancolie devient alors synonyme de dépression.

La mélancolie peut aussi être vue comme une « maladie sacrée » qui dans la culture occidentale a concerné toutes les expressions de la pensée et de l'art : philosophie, médecine, psychiatrie et psychanalyse, religion et théologie, littérature, musique et arts. La mélancolie est un vecteur de fertilité, de lucidité, de clairvoyance, mais aussi paradoxalement de désespoir. Jean Starobinski et Wolf Lepenies ont dit que la mélancolie était une forme de « mise à distance » de la conscience face au « désenchantement » du monde.
On peut dire que c’est une bonne définition de ma conception de la mélancolie telle que j’aime à la mettre en image. Un cri de révolte face aux aberrations du monde moderne, une désillusion visuelle, une empathie  profondément sincère et lucide pour l’être humain, voilà ce qui pourrait être la synthèse du travail réuni pour l’exposition : « Mélancolies »
A bientôt chers amis
Tchoba